2, Chemin de Lapras, Les clos des pâtureaux – 07100 Annonay

Tél. / Fax : 04 75 34 79 01

Technicien conseil en energies renouvelables

 

Okofenzehnder

Palazzetti

                                                                                                                               logo Poujoulat

wagner&co

 

 

 

qualibois-off qualisol-off qualipv-off eco-artisan-off qualitenr-off

Archives mensuelles : juillet 2014

Les points noir du moteur de calcul de la règlementation thermique !

Le moteur de calcul, une boîte opaque !

Autre grief, le rôle du CSTB dans l’élaboration du moteur de calcul de la RT 2012. “L’outil de simulation est géré formellement par la DHUP. Mais en réalité, c’est le CSTB qui a la main sur le moteur de calcul où tout nouveau composant doit être intégré par un titre V“, explique Marcel Deneux. Le rapport de l’OPECST souligne le comptage imparfait du recours aux EnR mobilisées à travers les équipements du bâtiment, sans prendre en compte la gestion active de l’énergie, l’absence de plafond d’émission de CO2, et les difficultés rencontrées par certaines solutions comme la géothermie, la ventilation double flux ou le solaire thermique. Les deux parlementaires appellent à une refondation de la gestion de ce moteur de calcul en confiant les décisions à un “Haut conseil de l’efficacité énergétique“. Ce dernier intégrerait des universitaires, des architectes et d’autres acteurs du bâtiment à travers des collèges nommés par décret sur proposition d’instances représentatives. La DHUP assurerait le secrétariat tandis que le Gouvernement et l’OPECST désigneraient des personnalités qualifiées.

Nous jetons un pavé dans la mare“, estime Jean-Yves Le Déaut qui cite les propos d’Yves Farge : “Pouvons-nous nous permettre ce luxe, dans un pays où il manque 1 million de logements, où il faudrait rénover 800.000 logements chaque année ? Nous ne pouvons plus nous contenter de changements à la marge (…) Pour cela il faut une volonté politique forte, capable de mettre au pas une administration vivant de la complexification réglementaire…“. Plus diplomate, Marcel Deneux conclut : “Nous ne sommes pas naïfs au point de croire que tout changera tout de suite. Il reste beaucoup de frein culturels à lever chez les professionnels“.