2, Chemin de Lapras, Les clos des pâtureaux – 07100 Annonay

Tél. / Fax : 04 75 34 79 01

Technicien conseil en energies renouvelables

 

Okofenzehnder

Palazzetti

                                                                                                                               logo Poujoulat

wagner&co

 

 

 

qualibois-off qualisol-off qualipv-off eco-artisan-off qualitenr-off

Pourquoi isoler ?

deperdition

L’isolation empêche la chaleur de partir en suivant les chemins qu’elle connait.

C’est évident en hiver. En été, elle empêche la chaleur extérieure d’envahir l’intérieur, en suivant les mêmes chemins en sens inverse. La barrière que l’on mettra sur ces chemins, c’est l’isolation. Voyons quels sont ces chemins, que l’on appelle, pour l’hiver, les modes de déperdition thermique.

Les déperditions surfaciques

Ce sont les déperditions à travers les parois, qu’elles soient opaques (murs, toitures, etc.) ou vitrées. Elles sont particulièrement fortes à travers les vitrages, plus difficiles à isoler que les parois opaques.

Les déperditions surfaciques représentent jusqu’à 60% de l’ensemble.

Les déperditions par les points thermiques

Les ponts thermiques sont les zones de passage des calories, principalement aux jonctions des parois entre elles. Selon les techniques constructives et les systèmes d’isolations mis en œuvre, elles peuvent varier de 5 à 25% de l’ensemble, cette proportion croissant avec la réduction des déperditions surfaciques.

Les déperditions par renouvellement d’air

Elles comprennent la ventilation, indispensable à la salubrité de l’air intérieur, mais aussi les infiltrations non souhaitées et non contrôlées (étanchéité des huisseries, conduits de fumée, …) qui augmentent avec la vitesse du vent.